lundi 13 mai 2013

L’ANC tourne au cauchemar ??

L’ANC, Assemblée Nationale Constituante, une demande formulée par le « peuple » ( ou une partie), une institution créée par les experts, un pouvoir mis en place par les élus du peuple…

Cette « Historique ANC » est devenue « Wanted » par, presque, tout le monde !!!

Les premiers qui se sont soulevés à l’encontre de cette ANC, ce sont les gens qui l’ont exigé.

Les derniers qui la critiquent aujourd’hui, sont ses élus !!

Il ne se passe pas un jour sans que les plateaux TV déballent ses incohérences…

Il ne se passe pas un mois sans que le TA (Tribunal Administratif) n’enregistre une plainte contre cette ANC (ou son Président)…

C’était le rêve des uns, elle est devenue le cauchemar de certains autres…

Pourquoi on est arrivé là ?

Il est évident qu’aujourd’hui, tout le monde veut s’en débarrasser !!

Fruit de la « Kasbah », symbole de la « post révolution » tunisienne, ce fruit est devenu d’un gout très amer apparemment…!!

Qui est responsable ?

Ses ennemis ou ses acteurs ?

Les uns et les autres, mais c’est surtout le produit…la mère de tous les maux, répliquent d’autres.

Je m’efforçais depuis un bon moment à se poser une question : « Si l’ANC échoue, qui pourra réussir ? »

C’est cette réponse qui est aujourd’hui mon Vrai Cauchemar.

1 commentaire:

lemilieuautorise a dit…

Le sentiment qu’on éprouve vis-à-vis de l’ANC, une institution née par la volonté des autorités qui avaient repris le pouvoir au lendemain du 14 janvier 2011, et avec tout le respect envers les membres de sa composition , est, et il ne peut être que subjectif.

La véritable question à poser est de savoir si cette institution est légale ou a-t-elle franchi le cadre de sa légalité? Elle est née d’un droit sous forme d'un Décret signé en août 2012 et est-ce que ce droit a été respecté ? Évidemment la réponse est non !

Pour certains, qui bénéficient de quelques intérêts matériels et autres avantages liés à leur positions au sein du pouvoir de l'État, la légitimité permet et justifie les dépassements et toutes les décisions que prend l'ANC. Or, le territoire de la légitimité, il est le suppôt de celui qui ne peut revendiquer la loi.

Partant de ce principe fallacieux de la légitimité, tous les dépassements de la loi trouvent matière à s'insérer dans une société laissée au règne de l'arbitraire et à la loi du plus fort ou du plus opportuniste . Ainsi, celui qui a faim, il lui est légitime de voler un pain de la boulangerie qui se trouve sur son passage.De même, le boulanger a la légitimité de défendre sa marchandise en allant jusqu'à attaquer physiquement les voleurs, disant que ce fût nécessaire pour reprendre son bien. Voyez ce que c’est que le territoire de la légitimité et où il peut mener.

Le concept de la légitimité est le fondement des décisions qui se prennent dans un État sauvage.

Que valent les sentiments devant une institution qui prétend écrire des lois alors qu'elle est la première à ne pas respecter la loi qui l'a fait naître ?

Salah Ben Omrane