jeudi 8 septembre 2016

Amendement du règlement intérieur : les problèmes résolus ?

Depuis son adoption par la plénière de l’ARP, le règlement intérieur était pointé de doigt comme étant une des causes contribuant à un fonctionnement et une organisation lacunaires et pathologiques.
Que reproche-t-on à l’ARP ?
Les reproches sont essentiellement axées sur l’absentéisme des élus aux réunions des commissions et aux plénières ; une planification instable des travaux de ses différentes structures et une lourde procédure d’examen des projets de lois.
 Les remèdes à ces principales défaillances consistaient normalement à des actions à double niveau : structures et procédure.
L’appel à réviser le règlement intérieur devenait pressant et tout le monde en était unanimement d’accord.
C’est presque après 2 ans qu’une proposition dans ce sens soit présentée aux élus durant cette session extraordinaire.
A la lecture des amendements proposés, il parait que les remèdes à l’absentéisme des élus sont pris sous forme de mesures disciplinaires !!
Coté structurelle, les amendements ont touché le bureau (attributions des accesseurs) et la commission de législation générale (en la scindant en 2) !!
On aurait dû avoir une bonne volonté pour analyser objectivement les problèmes de l’ARP ; leurs causes et les remèdes nécessaires.
On aurait dû faire une révision de ce règlement et non de simples amendements chirurgicaux qui ne vont pas tarder à créer des tensions et engendrer des difficultés.
On aurait dû s’assurer d’une bonne planification ; d’une répartition rationnelle des élus entre les différentes commissions ; d’une fixation intelligente et organique du nombre des commissions et, surtout, d’une modernisation du fonctionnement des groupes parlementaires.

Hélas !